Témoignages

Joseph R.

Dr Marie-Hélène Marion,
AIHP, ACCA (Paris),
Consultant Neurologist au St George's Hospital, Londres
Spécialisée en mouvements anormaux et maladie de Parkinson

J'ai eu le plaisir de travailler en collaboration avec Cécile Estachy pendant 10 ans, de notre installation en 1988 jusqu'à mon départ à Londres. De nombreux malades neurologiques ont bénéficié de ses compétences pour améliorer leur motricité, leur marche ou leur coordination. Je me souviens de certaines observations de patients, remarquables par leur complexité, leur résistance aux thérapeutiques classiques et le bénéfice fonctionnel qu'ils ont tiré du suivi par Cécile Estachy et que je citerais à titre d'exemples.

Une patiente fut  assez infortunée pour présenter une maladie de Parkinson sévère, un cancer du sein métastasé et une dépression ancienne et chronique. Son hypertonie axiale et des 4 membres étaient si sévères, que les antiparkinsoniens étaient devenus insuffisants pour améliorer cette rigidité. Après quelques séances à Epidaure, les médicaments avaient de nouveau un effet bénéfique, prédictible sur sa motricité.

Une jeune fille, âgée de 15 ans, présentait une ataxie cérébelleuse associée à des myoclonies d'actions des membres inférieurs, les 2 phénomènes rendant la marche quasi impossible. La patiente a réappris un nouveau « pattern » de marche avec un déroulement du pas qui lui permettait de minimiser la survenue des myoclonies  et donc de diminuer son instabilité a la marche.

Enfin, un jeune homme  a présenté après un accident vasculaire du sujet jeune sur malformation arterio veineuse, un mouvement anormal sévère du bras associant posture dystonique et tremblement thalamique (secousses anarchiques du bras, aggravées par l'intention de réaliser le mouvement). Le patient a appris à apprivoiser son bras, à contrôler le caractère intentionnel du mouvement et à reprendre une fonction de son bras dans sa vie professionnelle.

Je serais incapable de détailler les techniques et stratégies utilisées par Cécile Estachy pour soigner ces différents patients, mais je peux témoigner du gain fonctionnel de ces patients,  à la différence des approches classiques (médicaments, kinésithérapie) qui avaient échoué.

 

Remerciements

Je remercie mes professeurs : Gérard Archange, président et fondateur de l'AFMC (Association Française de Massage Chinois), Liu Fu Yen et Liu Guang Xiang (mes Maîtres de Taiji Quan). Merci également aux médecins qui m'ont fait confiance : Marie Hélène Marion et Bernard Aranda, neurologues, Marie Lantier et Josette Lava, homéopathes, Brigitte Houssin, ostéopathe, médecine physique et réadaptation. Pour le site, merci aux webmestres P. -A. Z. et Nicanor, aux photographes: Zab, Wessam Mahanna, Eduardo Calderòn, et à la calligraphe Hélène Ho. Je remercie également tous mes patients anciens et nouveaux, ainsi que mes élèves qui m'ont tant appris ansi que toutes celles et ceux qui m'ont soutenue.

 

Mag R.

Le premier mot qui me vient à l'esprit, c'est respiration : un petit moment de bien-être pour un long moment de mieux-être. Je pratique avec Cécile Estachy deux fois par semaine depuis 5 ans. Souffrant de douleurs musculaires chroniques largement dues au stress, la pratique régulière a espacé les crises et me permet de les dépasser plus vite lorsqu'elles se déclenchent. Chaque semaine, exercices et enchaînement sont l'occasion de me vider l'esprit, de détendre mon corps, de recharger les batteries et d'accumuler de l'énergie pour la semaine.

Annick  D.
(SMS envoyé aux participantes pendant une grève)

OK pour mercredi matin,
nous viendrons entonner le chant des cartilages,
et au sein du joyeux brouhaha de ces dames,
peut-être Cécile aura-t-elle l'heur de la retrouver
celle qui s'est fait la malle, cette sauvage,
pendant que nous jouions à ram-vam-lam.
Ah, partager le plaisir de se dépoussiérer
après-d'main, après d'main ...

Un travail sur soi accompagné par notre professeur Cécile Estachy, science, pragmatique et tempérament. Un beau lieu en centre ville pour cette pratique, 8 participants par séance. Qi Gong : marche et sens de la marche. respirer des chevilles le dos léger. Taiji Quan :  c'est mon hors piste. Là où les bruits sont blancs là où la carcasse se vide. Un fortifiant. Bref une ascèse dont on ne se passe plus, dosée même surdosée.

Zab C.

Catherine B.

La sensation que le Tai Chi m'apporte après le cours :

  • Je me rends compte que j'ai un corps et qu'il existe !!

  • De la joie.

  • De la sérénité.

  • Un bien être intérieur.

Voilà c'est très agréable !

Chantal Q.

La légèreté.
La pesanteur pour la légèreté.

Émile A.

Tai Chi, avec esprit et sensibilité physiques, l'effort donne de la force, la force donne de la souplesse, la souplesse donne de la fluidité qui donnent esprit et sensibilité et ouvrent les chemins de la vie."

Que nous apporte le Taichi ? « Tout » fut mon premier mot, tout ce que je recherchais. C'est une «science» (la science exige des outils de réalisation) qui, par une technique et sa pratique, délivre peu à peu les divers plans : physique, émotionnel, énergétique, psychologique, psychique, spirituel ... en fonction de ce que chacun désire dénouer ou délivrer ... «une auberge espagnole» où chacun peut trouver ce qui lui correspond. Si c'était un sujet du BAC, je pourrais en écrire quatre pages ... tout en sachant, bien sûr, qu'une bonne heure de pratique serait tellement plus juste, et j'en profite pour dire un vrai merci à Cécile Estachy.

Tina M.

J'ai commencé l'apprentissage de la pratique de Cécile Estachy en février 2001. J'avais 27 ans. Depuis 1996, je développe un travail d'acteur dans un atelier de recherche théâtrale, autre pratique exigeante où s'interrogent des états du corps, des actions qui sont déployées dans le temps, l'espace. Les appuis physiques nécessaires, concrets, à cette recherche, je les trouve amplement dans le travail rigoureux de Cécile. Tout le travail engagé avec elle m'est devenu essentiel pour mener plus loin mon travail d'acteur, lequel puise dans un chaos d'où naît une nécessaire forme, réalisée justement grâce à de tels appuis physiques ; m'est devenu essentiel aussi, bien sûr, pour mon quotidien. Car, ce qu'a permis ce travail hebdomadaire avec Cécile c'est de pouvoir retrouver pas à pas de la souplesse, un équilibre très subtil du corps dressé, du corps en action, grâce à la force des jambes et des fessiers, aux mobilisations précises et spontanées (libres) de la musculature, des articulations, de la colonne vertébrale (et particulièrement du sacrum, cet « os à partir duquel le corps se reconstitue » selon Saint Thomas d'Aquin) qui se déploie et dont les multiples verrous sautent à chaque séance... à la possibilité de vider et de solliciter instantanément. Il réconcilie concrètement ce qui d'ordinaire est considéré en opposition : pesanteur et légèreté, contrôle et laisser-faire...

 

Aussi, il semble que l'enseignement de Cécile déstabilise celui qui pense avoir atteint quelque degré décisif, afin de lui ôter un peu de cette certitude, le poussant à toucher plus profond, réellement, ce degré, puis un autre. On en profite alors pour tout reprendre au commencement. Enfin, je voudrais insister sur cette légèreté (ou « ce degré de liberté ») qui peut être atteinte par cette force accrue venant de postures rigoureuses, et qui doivent être fluides. Une telle légèreté ! Une détente dynamique. Une belle énergie du corps, du mental. Je voudrais insister sur la nécessaire répétition des exercices efficaces, apparemment simples, que Cécile Estachy module et décline au cours des années. Progressivement, le corps reprend ainsi, fragile mais assuré, sa verticalité, son maintien léger, son élan d'enfant.

Joseph R.

Note sur la transcription : S Taichi est le nom de ce site. Cependant, la transcription Pinyin (international) est utilisée pour les caractères chinois. Taichi Chuan s'écrit donc Taiji Quan.